Soutenez le PS

Adhérez au PS

Les sénateurs socialistes se mobilisent pour le Consulat de Haïfa

Question écrite n° 08659 de Mme Claudine Lepage (Français établis hors de France – SOC)

Mme Claudine Lepage appelle l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur le projet visant à transformer le consulat de France à Haïfa en consulat à gestion simplifiée.

Pour les 20 000 Français de Galilée (dont 13 500 sont inscrits au consulat) qui composent une population souvent âgée et modeste, dispersée dans tout le nord d’Israël mal desservi en moyens de communications, c’est une forme d’abandon.

Les raisons avancées – la réforme de la carte diplomatique et consulaire pour moduler la présence française en fonction des intérêts des Français établis à l’étranger et des contraintes budgétaires – ne sont pas convaincantes pour le cas du consulat de Haïfa qui s’est porté au secours des Français durant la guerre de 2006 et a montré une présence très active de la France, louée par tous.

En outre, compte tenu de son budget de fonctionnement réduit (6 600 euros par mois, loyer et charges comprises), la suppression du consulat de Haïfa aurait des conséquences mineures en matière de réduction des dépenses. D’autant que les coûts de la création d’une plate-forme consulaire centrale à Tel-Aviv et la relocalisation (problématique) du centre culturel Gaston Defferre au consulat de Haïfa seraient élevés.

Comment la France, à l’heure où le Président de la République promeut l’Union pour la Méditerranée, pourrait-elle n’être que représentée par un consulat « simplifié » dans Haïfa, port de la Méditerranée et le seul où la coexistence israélo-arabe est une réalité ?

Elle lui demande de revoir le projet de fermeture du consulat de Haïfa qui apparaîtrait comme une régression dans les relations de la France avec Israël, et un signe négatif au moment où la Russie installe à Haïfa un consulat de plein exercice.

Question écrite n° 08850 de Mme Monique Cerisier-ben Guiga (Français établis hors de France – SOC)

Mme Monique Cerisier-ben Guiga attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la fermeture du consulat de France à Haïfa.

Pour les 20 000 Français de Galilée (dont 13 500 sont inscrits au consulat) qui composent une population souvent âgée et modeste, dispersée dans tout le nord d’Israël mal desservi en moyens de communications, le projet visant à transformer le consulat de France à Haïfa en consulat à gestion simplifiée signe une forme d’abandon.

En faisant du consulat général de France de Tel-Aviv (45 000 inscrits aujourd’hui) une plateforme géante, de nouveaux locaux seront nécessaires, générateurs de coûts supplémentaires.

Par ailleurs, ils n’y pas de maillage ferroviaire ni de liaisons transversales en Galilée, si bien que les Français de la région devraient emprunter trois ou quatre autobus, à l’aller et autant au retour pour se rendre à Tel-Aviv afin de régler les démarches administratives indispensables.

Le consulat de Haïfa est l’un des plus anciens au Proche-Orient, héritier et vecteur d’une politique multiséculaire en faveur des minorités arabes, bahaï et druze de Galilée. La fermeture du consulat serait une erreur, tant du point de vue politique qu’eu égard aux 13 500 Français de Galilée.

Elle lui demande que soient maintenues les attributions du consulat de Haïfa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.